Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Saga
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
logo-legendaires-resistance

Anathos Life partie 4

Eloadia23

Posté par Eloadia23, le 07 janvier 2022


Aucun commentaire

[fanfiction partie 4] Anathos le dieu maudit par ses pairs, Anathos le démon, mais pourquoi ? Plongez au cœur de son passé mais prenez garde ! Les flammes risqueraient de vous brulez !

Résume de la partie précédente: Anathos et son groupe, composé de Gaméra, Akamandis, Aube et Crépuscule se rendent dans un labyrinthe, à la recherche d’un drapeau. En réalité ce n’est qu’un examen d’entrée de la prestigieuse Académie Divine d’Armand (roi actuel des dieux)… Ceux-ci se retrouvent face à des monstres… (ben oui sinon c’est pas marrant!)

Bonne lecture !

 

Aube et Crépuscule se mirent en position d’attaque. Une boule d’énergie apparu dans les mains d’Aube, pendant que Crépuscule formait un bouclier autour de sa sœur. Leur pouvoir jumelé était décidément bien pratique.

Aube lança la première slave de rayons destructeurs avec une facilité déconcertante : une lueur de pouvoir s’alluma dans son regard, tandis que Crépuscule semblait méfiant et plissait les yeux. « Leur comportement s’inverse lorsqu’ils utilisent leur magie ensemble » songea Anathos. Une des raisons pour laquelle leur pouvoirs combinés était autant redouté.

Le golem fonça sur Aube mais Crépuscule le repoussa avec un bouclier inversé. Malheureusement, il fut alors à découvert. Sa sœur n’eut pas le temps de lui dire attention, que le ptérodactyle lança un jet de poison dans sa direction. Anathos fonça à son secours, en créant un maelstrom de magie qui s’abattit sur le ptérodactyle, lui faisant évacuer la pression magique qu’il supportait depuis son arrivé dans le labyrinthe, ce qui lui fit un bien fou. Aube en profita pour trancher le golem de pierre dans un cri de rage, vengeant son frère avec une satisfaction non dissimulé.

S’en suivit un silence. Anathos remarqua alors qu’en plus du ptérodactyle, son tourbillon de magie dévastatrice avait abattu une partie des murs végétaux, laissant apercevoir entre les gravas…

-Le drapeau ! s’exclamèrent-ils en chœur.

Akamandis piqua un sprint, remarquant une équipe adverse, ses coéquipiers sur les talons. Anathos n’eut pas le temps de les prévenir qu’ils fonçaient vers un fossé. Pourtant lorsqu’ils tombèrent dans une fosse d’une dizaine de mètres, des lianes surgirent de terre, empêchant la chute d’Akamandis, Aube et Crépuscule. C’était Gaméra qui venait de les sauver. Anathos lui jeta un regard de connivence, puis couru de toutes ses forces vers le drapeau.

Dans la direction opposée, un groupe de quatre l’imita: ils fonctionnaient par binôme. Il y avait un dieu violet, maitrisant la foudre, accompagné d’une déesse guérisseuse. Sur le flanc gauche se tenait un autre dieu, qui jetait des lances magiques, au coté d’une déesse plus jeune que lui, à la peau marron et au cheveux bleu, une guérisseuse elle aussi.

Et ils semblaient bien décidés à remporter l’épreuve les premiers. Anathos forma un bouclier autour de lui et quatre boules de feu de la taille d’une voiture. Il les lança simultanément sur les arrivant, et plongea au sol pour esquiver les attaques adverse, évitant au dernier moment de se faire foudroyer puis transpercer.

Il fit apparaitre son épée et gravit la colline à toute jambes, esquivant les tirs ennemis. Malheureusement à un contre quatre, Anathos ne faisait pas le poids, et il sentit un lance magique lui rentrer dans l’épaule, lui arrachant un grognement de douleur. Il retira la lance puis il répliqua avec un dragon de flamme, et se débarrassa du lanceur de lance et sa coéquipière avec son bouclier. Malheureusement le lanceur de foudre et la guérisseuse était toujours en lice, et le sang coulait de son épaule, ce qui lui faisait perdre sa concentration. Il esquiva le tir de foudre du garçon violet et perdit l’équilibre.

Son adversaire se jeta sur lui, mais Anathos le repoussa avec son épée, lui coupant la joue et le bras avant que celui-ci ne dégringole à plusieurs mètres du drapeau. Le jeune homme, lui, se rattrapa de justesse à l’aide d’une branche. Encore un peu et il se retrouvait en bas de la colline. La guérisseuse à la peau marron et au cheveux bleu fonça pour guérir son coéquipier lanceur de lance, qui saignait énormément. Anathos avait touché une artère. Malheureusement pour lui, sa blessure le faisait aussi souffrir et il n’avait pas sa sœur auprès de lui pour le guérir.

Pendant ce temps, les deux autres qu’il avait mis au tapis se relevèrent et s’élancèrent vers le drapeau. Anathos se mit à courir, mais il était trop loin pour pouvoir les atteindre. Néanmoins, il reforma un maelstrom avec le peu de magie qui lui restait. Le lanceur de foudre et la jeune fille aux cheveux doré furent littéralement projeté en bas de la colline, assommé.

De son côté, Anathos s’écroula, épuisé. Ses vêtements était couverts de sang, sa tête tournait et ses jambes étaient en cotons. Pour couronner le tout, il était épuisé et à court de magie. Au bord de l’évanouissement, il vit la guérisseuse terminer de réparer les muscles et l’artère du lanceur de foudre et courir vers le drapeau.

« Non ! » songea-t-il, essayant de se remettre debout.

Soudainement une slave de rayon lumineux fonça vers la guérisseuse et le lanceur de foudre. Un bouclier se forma autour d’Anathos, pendant que des lianes surgissaient de terre, pour emprisonner la guérisseuse. Durant la capture de Gaméra, éclair de foudre et rayon incandescent s’étaient enchainer à une vitesse phénoménal. Chaque fois que l’un des deux entrait en contact, cela donnait lieu à un bruit assourdissant.

Akamandis s’était approché de lui, ventre à terre. Il jeta un œil à sa blessure et lui hurla pour couvrir le bruit des tirs enchainés :

-Tu vas pouvoir tenir ? Anathos hocha la tête en grimaçant.

Quelle bonne blague. Il se sentait même d’humeur à faire un footing, tient !

Akamandis l’aida à se relever, au grand étonnement de l’intéressé. Il le mit à couvert avec l’aide de Crépuscule, qui s’approcha de lui pour un sort sommaire de guérison.

Puis Akamandis gravit la colline une seconde fois et fit la chose la plus stupide de tous les temps : il se jeta sur les deux adversaires. Arrivé à quelque mettre d’eux, la guérisseuse toujours emprisonnée par les lianes et le lanceur de foudre au prise avec une Aube déchainée, Akamandis s’arrêta et manqua de se faire foudroyer sur place.

Puis il le toucha. Un doigt. Le silence qui s’en suivit fut mémorable.

Pourquoi ?

Aucun commentaire

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !