Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Les légendaires - Saga
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
Sortie du prochain tome dans :
logo-legendaires-resistance

Le prix à payer… Chap.4

TENEBRISDUWEB2

Posté par TENEBRISDUWEB2, le 21 novembre 2021


3 commentaires

Anathos a frappé fort en envoyant aux portes de la Mort les Légendaires survivants. Ténébris est la seule a n'avoir subit aucun dégâts et est rongée par la culpabilité. Pour pouvoir se venger, elle aura un prix à payer..

Ténébris avançait le long du couloir qui menait à l’aile de médecine du grand palais, accompagnée par deux gardes plus que méfiants à son égard. Les deux soldats la regardaient à travers les visières de leur casque avec curiosité et mépris. Que diable la fille de Darkhell venait faire en Orchidia ?

-Tu dois aller te reposer, fit la voix d’un garçon. Tu as encore du mal à encaisser ta dernière opération !

-Il en est hors de question, Professeur Vangelis ! répliqua son interlocutrice. Je ne vais pas rester les bras croisés dans un lit pendant qu’Anathos repend le Mal sur Alysia !! Que dirai Danaël de moi ?

-Sûrement que tu es très courageuse, mais que tu ne pourras pas vaincre Anathos et le venger en aggravant ton cas, répondit calmement Ténébris en arrivant à la hauteur de la princesse déchue et du médecin.

-Ténébris ? murmura Jadina en voyant son alliée. Ténébris !!

La jeune princesse courut jusqu’à elle et lui sauta dans les bras, éclatant en sanglots. Jadina devait sûrement la penser morte, comme le reste des Légendaires. Pendant de longues minutes, la fiancée de feu Danaël resta blottit dans ses bras. Ténébris entoura ses bras fins autour d’elle, lui frottant le dos avec affection. Cela lui faisait étrange de savoir que ce n’était pas qu’une Légendaire qu’elle tenait dans ses bras mais une sœur et une veuve endeuillée, détruite par la perte de son fiancée.

Cette pensée la fit frissonner tandis que Jadina se calmait peu à peu dans les bras de l’ex criminelle. La princesse déchue resta contre son amie pendant un long moment puis la jeune fille proposa qu’elle aille à sa chambre, ce que Jadina accepta de bonne grâce, fatiguée. Les deux filles allèrent dans la pièce en question et Jadina s’allongea tandis que Ténébris s’asseyait sur une chaise.

-J’ai quelques choses pour toi, annonça la fille de Darkhell. Et je suis absolument certaine que ça va te faire plaisir !

-Vraiment ? demanda sombrement la princesse déchue. Je ne penses pas que quoique ce soit puisse me faire plaisir.

-Même pas des nouvelles de Gryf et Shimy ? sourit lentement la guerrière.

Le regard de Jadina s’illumina. Ténébris sortit de sa sacoche un parchemin et un crystaphone qu’elle tendit à son amie. Cette dernière prit avec précaution les deux objets et commença à lire la lettre à voix haute.

-Salut, Jadina ? Comment vas-tu ? Je sais que cela ne doit pas être facile pour toi encore plus que nous. Danaël m’avait parler de sa demande en mariage. Cela fait une perte pour chacun d’entre nous alors je tiens à te dire que je te donne tout mon soutien depuis Jaguarys, comme chacun des Légendaires sûrement doit le faire. Nous sommes une famille, et nous devons nous soutenir. Je suis vraiment désolé qu’on est pas réussi à vaincre Anathos. Mais je veux me battre, lui mettre la raclée que mérite ce dieu de malheur !! Je suis certain que c’est ton cas aussi, comme à Shimy et Razzia. Envoie moi une réponse s’il te plaît. Je voudrais avoir de tes nouvelles. Gryf.

Jadina sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle lança un long regard à Ténébris, qui comprit et s’assit sur le matelas pour la prendre dans ses bras. Elle avait besoin du soutien que son fiancé ne lui donnerai plus jamais. La fille de Darkhell resserra son étreinte autour de la princesse déchue quand elle activa le crystaphone. Le message enregistré commença.

Bonjour, Jadina. C’est Shimy. Enfin j’espère que tu reconnais le son de ma voix, princesse ? Mais enfin… Comment tu vas ? Tes blessures sont guéries ? Je sais que Ténébris t’a ramené à Orchidia alors je sais que tu es en sécurité là-bas mais… je suis… pas très à l’aise. Après tout Anathos est sur Alysia et non sur Astria, alors on ne sait quand il s’en prendra à de grandes villes comme la capitale d’Orchidia. Pour ma part, le dieu du Mal m’a rendue aveugle. Je ne vois plus rien c’est pour ça que Ténébris m’a proposé d’utiliser un crystaphone pour enregistrer un message plutôt qu’elle écrit mes mots sur un papier. C’est simple mais bon. J’imagines que tu dois être plus rassurée d’entendre ma voix. Il est temps. Envoies moi des nouvelles. Je suis sûre que Ténébris se fera un plaisir de se reconvertir en facteur pour les Légendaires. Allez… Bye.

Les sanglots de Jadina redoublèrent. Elle cacha son visage dans le cou de Ténébris qui restait silencieuse, rassurant de sa présence la pauvre veuve. L’ex criminelle prit les objets confiés par les deux Légendaires et les posa sur la table de chevet, se concentrant sur la jeune fille à rassurer.

-Ils me manquent tous, sanglota Jadina. Gryf, Shimy, Razzia… Danaël ! Oh Ténébris, j’ai perdu Danaël. J’ai perdu mon fiancé, mon chef et celui qui avait donné du sens à ma vie et qui a toujours été capable de me comprendre ! Je ne pourrais pas vivre sans lui. Une vie sans Danaël… C’est impossible !! Pourquoi je ne suis pas morte aussi ce jour là ? Dis moi pourquoi ?! demanda la princesse en saisissant son amie par le col. Tout ces efforts pour vaincre Anathos, tout ces plans… n’auront servis à rien du tout !! Bon sang, je suis si pitoyable…

-Cesse de culpabiliser. Personne n’aurait put deviner les plans d’Anathos… assura Ténébris en caressant les cheveux de la jeune fille. Pas même mes pères. Si Danaël t’a été arraché, ce n’ai pas pour que tu passes ta vie à te morfondre en te souvenant de lui. Au contraire. Souviens-toi de lui et honore sa mémoire du mieux que tu peux. Tu as le droit de pleurer autant que tu veux, mais tu finiras par n’avoir plus de larmes et le temps fera accepter à ton cœur sa disparition. Crois-moi, je sais ce que ça fait de perdre celui qui donne un sens à son existence.

-Razzia est mort ? paniqua la noiraud.

-Non ! Bien sûr que non, reprit plus doucement la fille de Darkhell. Mais prends le temps de bien réfléchir à mes paroles. Et, comme le dit souvent notre cher colosse de Rymar préféré on ne peut pas bien réfléchir le ventre vide. Alors je vais demander aux infirmières de te ramener un bon repas et tu vas tout manger. Compris ?

-Oui, répondit Jadina, trop épuisée pour répondre quoique ce soit.

Ténébris sortit de la chambre et manqua d’heurter une infirmière brune. Cette dernière rougit devant l’expression surprise de la fille de Darkhell.

-Que… Que puis-je faire pour vous, Lady ? demanda t-elle avec un sourire maladroit.

-Pouvez-vous m’apporter un repas bien complet pour la jeune fille qui occupe cette chambre ? interrogea la guerrière. Cette tête de girawa c’est enfin décider à manger.

-Bien sûr, Lady, répondit l’infirmière avec un grand sourire.

Ténébris se tourna vers Jadina qui souriait doucement en essuyant ses yeux.

-Qu’est-ce qu’il y a ? maugréa la fille de Darkhell.

-Je crois que tu fais de l’effet à cette pauvre Éléonore, fit doucement la princesse déchue.

-Je suis déjà avec quelqu’un, répondit l’ex criminelle avec un haussement d’épaule. Et je ne comptes pas le tromper. Non jamais…

-Comment il va ?

-Mal, je penses, comme tout le monde, soupira Ténébris en s’adossant contre un mur. Et puis je ne l’ai pas vu depuis un moment, alors… Demain, j’irai lui rendre visite.

-C’est bien, assura Jadina.

***

Ténébris regarda longuement la princesse qui dormait profondément contre elle. La guerrière avait mit au moins deux heures à la rassurer, à la câliner pour être sûre qu’elle se sent en sécurité. Puis, après avoir mangée une assiette entière de nourriture, Jadina avait finit par s’endormir contre l’ex criminelle. Cette dernière passait une main dans les cheveux de la princesse déchue, écoutant dans le noir sa douce respiration. Finalement, elle finit par la repousser doucement et l’installer plus confortablement dans le lit d’hôpital. La guerrière sortir de sa sacoche un tissu blanc et doux, à l’odeur familière, qu’elle attacha délicatement autour du poignet de Jadina. Cette dernière resta endormie au grand soulagement de la jeune fille.

-Bonne nuit, petite sœur…

Ténébris lança un dernier regard à la jeune fille paisiblement endormie avant de sortir de la pièce. Pour manquer de heurter le professeur Vangelis.

-Oh, excusez-moi, fit-il en ajustant ses lunettes. Comment va t-elle ?

-Mieux. Elle a mangé tout son repas et dort profondément depuis une vingtaine de minutes, informa la jeune fille.

-Tant mieux, je commençais à croire qu’elle allait se laisser mourir de faim, soupira avec soulagement le garçon. Vous êtes talentueuse.

-Je fais de mon mieux, assura Ténébris en haussant.

-Sans doute. Mais n’oubliez pas de prendre soin de vous, rappela Vangelis. Il me semble à vue d’œil que vous ne prenez pas très soin de vous. Enfin, c’est mon avis de médecin.

Ténébris fronça légèrement les sourcils puis soupira de découragement. Ils restèrent un instant dans le silence puis le professeur se fit moins souriant.

-J’aurai un service à vous demander, si cela ne vous gêne pas, commença t-il.

-Que puis-je faire pour vous ? interrogea la jeune fille en haussant un sourcil.

-Tout le monde sait que votre père était un très grand sorcier, qui pouvait faire de grandes choses, bonnes ou mauvaises. Même si il a fait plus d’actes machiavéliques qu’angéliques, expliqua le professeur. Et je sais à quel point la magie noire peut dépasser la médecine moderne alors j’aimerais vous demander de m’aider pour un patient qui est atteint d’une grave maladie. C’est très urgent.

-Bien entendu que je peux vous aider, assura Ténébris. Je ne peux pas rester les bras croisés et regarder cette personne mourir sans tenter quoique ce soit.

-Je… Merci, sourit doucement le médecin avec un regard reconnaissant. Merci beaucoup. Je vais vous emmenez directement au patient avant que votre départ. C’est très aimable de votre part de m’accorder du temps.

-Ce n’ai rien, assura la guerrière. Puis-je avoir un peu plus d’informations sur le patient ?

-Ses informations doivent rester secrètes, informa t-il. Heureusement que plus personne ne visite ces couloirs la nuit, alors nous sommes tranquilles. Il s’agit de la Reine Adeyrid, qui a récemment été prise d’une violente crise de lerdamer qui a failli lui coûter la vie. Elle avait déjà eue une crise il y a quelques années mais nous ne nous doutions pas que ce serai aussi violent. Le traitement que nous lui avions proscrit n’a fait qu’empirer les choses. Elle est en phase terminale.

Un long silence s’installa entre les deux. Ténébris avait la tête penchée en avant, réfléchissant.

-Je… J’ai lu les carnets de mon père, dévoila t-elle. Il notait à l’intérieur toutes ses pensées, ses projets et ses expériences. Et j’ai notamment appris mes origines. Sur ma naissance et mes parents. Je sais ce qu’est la Reine Adeyrid pour moi. Comme je sais que Jadina est en quelques sortes ma sœur, puisque nous sommes de la même mère.

-Oh…

-Mon père m’a toujours dis que ma mère était morte en me mettant en monde, continua Ténébris. Et je l’ai cru. Après tout je n’avais pas de raisons de ne pas le croire et j’étais une enfant très influencée par mon père. Alors, quand j’ai appris il y a quelques semaines, à 33 ans passés, que j’avais en vérité une mère, ça été quelques peu…

-Vous avez du être bouleversée… murmura le médecin. Et je connaissais votre lien de parenté avec la Reine Adeyrid. J’ai réussi à reproduire la formule de votre père pour concevoir Jadina.

-Je vois…

Les deux arrivèrent devant la porte de  la patiente en question. Vangelis toqua trois coups avant d’entrer en douceur, Ténébris sur les talons. La jeune fille ne s’était jamais sentie aussi anxieuse.

La reine Adeyrid était à demi-allongée sur un lit, de nombreuses machines autour d’elle, dont un masque respiratoire et une perfusion au liquide étrange. Ténébris resta dans l’ombre, observant sa génitrice de loin.

-Votre Majesté ? interrogea Vangelis avant que la Reine ouvre les yeux. Vous êtes réveillée, je vais donc vous retirez ça.

Il retira la masque respiratoire, libérant le visage de la blonde. Cette dernière prit une grande inspiration puis se figea en remarquant Ténébris cachée dans l’ombre. Elle lança un regard surpris au médecin, lui demandant silencieusement des explications.

-Elle est ici pour vous aider, expliqua Vangelis. Et elle sait tout.

-Soyez confiante, Votre Majesté, interrompit Ténébris en prenant l’air le plus naturel possible. Je suis ici pour vous soigner et non pour vous nuire. J’ai le plus grand respect pour vous et je ne vous souhaite pas le moindre mal. Je comptes étudier le cas de la maladie de lerdamer pour pouvoir vous permettre de vivre le plus longtemps possible.

Adeyrid hocha la tête, visiblement bien trop faible pour parler. Elle lança un long regard à la jeune fille en face d’elle et les deux se fixèrent longuement. Vangelis incita Ténébris à s’approcher du lit de la Reine et la guerrière obéit, s’asseyant sur une chaise à côté du matelas. La Reine la fixait sans un mot, la regardant avec indifférence. La fille de Darkhell sentit son cœur s’écraser dans sa poitrine. 33 ans d’absence et c’était ainsi que sa mère la regardait. Comme une personne quelconque. Comme le visage d’un passant qu’on croisait dans la rue et qu’on oubliait rapidement et pas comme une progéniture enfin retrouvée. Et Adeyrid avait conscience de la façon dont elle regardait sa fille disparue. Cela se voyait dans ses yeux. Cela ne semblait lui faire ni chaud ni froid.

C’était beaucoup trop dur à encaisser. Ténébris se leva, les larmes aux yeux et quitta la pièce en claquant violemment la porte. Le professeur Vangelis lança un regard désolé à son amante avant de poursuivre en courant leur invitée. Il eut d’ailleurs beaucoup de mal à la rattraper.

Il retrouva la jeune fille dans la cour du palais, devant un darkhellion. Le garçon avait bien comprit les pensées de la guerrière.

-Veuillez l’excuser s’il vous plaît, Ténébris ! s’exclama le médecin. Elle est très fatiguée et c’est un choc aussi pour elle.

-Visible en effet, répondit d’un ton froid la jeune fille. Très bouleversée qu’elle doit être.

-Je vous en prie, soyez clémente et prenez au moins ce dossier, fit-il en sortant plusieurs parchemins de sa sacoche et les tendant à l’ex criminelle. Une fois qu’elle serai guérit, vous pourrez apprendre à vous connaître. Aillez pitié !

Pendant un instant dans l’esprit de Vangelis, l’image de Ténébris se superposa à celle de Darkhell. Et, sans le savoir, la jeune fille prononça les mêmes paroles que son père, il y a 35 ans de cela.

-Je verrai ce que je peux faire…

3 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. Lien vers l’illustration puisque ça n’a visiblement pas fonctionné: https://zupimages.net/up/21/46/7acn.png

    Le quatrième chapitre, sur la situation de Jadina et d’Adeyrid pendant l’ère d’Anathos. J’avais vraiment hâte de le sortir ! Commentez pour donner vos avis, ils sont toujours intéressants !

    @fleurdejade

    @elhie6

  2. Juste… Waouh ! C’est tellement émouvant, vraiment, j’adore ! Ton style d’écriture est génial, bravo !

  3. C’est super bien écrit @flaurdejade à raison ,c’est trés émouvant ! J’aimerais bien être citée stp ^^