Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Saga
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
Sortie du prochain tome dans :
logo-legendaires-resistance

Se relever (4)

Shimy28

Posté par Shimy28, le 19 juillet 2016


13 commentaires

La suite. Ce chapitre bouge pas beaucoup, il est plus axé sur les sentiments de Shimy

Assise sur le sable, j’observai l’enfant qui m’avait été confiée. Elle avait les cheveux gris comme sa mère. Elle pleurait encore. Ses yeux étaient rouge à force d’avoir sangloté. Ses pleurs me faisaient mal. Comme moi, elle avait perdu de vue ses parents. D’ailleurs, où était le père ? La pauvre petite, elle était seule. Je n’étais pas le genre de fille sentimentale mais son sort m’attristait beaucoup. Je voulais calmer ses pleurs mais je ne savais pas comment. Je regardai autour de moi. Certaines personnes avaient eu la même idée que moi. Je voyais des couples, des gens seuls ou encore avec des amis de tous âges qui pleuraient. Mais mon cœur se serra en entendant une mère de famille dire à sa petite fille qu’elles avaient gagné la partie de cache-cache Trap géante. La petite sautait de joie alors que la mère essayait vainement d’avoir l’air heureuse alors que ses yeux étaient emplis de larmes. Une nouvelle larme s’échappa de mes yeux. Je mis Amy entre les deux jambes pour l’essuyer. Pas question de tout le monde pensent que je sois faible !
Puis je sus ce que je devais faire : je devais essayer de rendre heureuse la petite pendant une fraction de seconde. Comme à mon chat Lion-Feu quand il avait peur, je me mis à parler doucement en tentant de sourire :
-Ça va aller Amy. C’est passé. Ne pleure plus Amy. Tout va bien se passer maintenant. Tout va bien se passer.
Je la dorlotais en même temps. À mon plus grand bonheur, le bébé se calma. Elle me sourit et je lui rendis un sourire triste. Puis elle s’endormit.
Et moi ? Qu’allais-je devenir ? J’avais perdu mes parents. Où étaient-ils ? Allaient-ils bien ? Pourquoi avoir tué tant de gens un jour de fête ? Combien y avait-il de morts et de blessés ? Comment le camion avait-il réussi à accéder à la Promenade des Anglais ? Mais c’était quoi cette sécurité ?! À Paris, il y avait des vigiles partout. La France avait quand même connu beaucoup d’attentats en si peu de temps ! Alors pourquoi n’y en avait-il pas ?! Tant de questions sans réponse. Mais ce n’était pas en restant planté là que j’allais avoir des réponses. Très lentement, je me retournai vers cette route maudite. Vers la partie vers laquelle je m’étais dirigée, je pouvais encore entendre les bruits du moteur et les cris de peur, de tristesse et de lamentation. Combien de mètres avais-je parcouru ? J’aimerai bien le savoir. Le camion était assez proche de l’endroit où je me trouvais. Je vis une moto qui tentait de l’arrêter. Quel courage ! Ce motard essayait de protéger un tas d’innocents alors qu’il avait peu de chance de survivre à ce massacre.
Puis je me retournai vers l’autre partie de la route, la partie où était déjà passé ce fou. Un silence de mort m’accueillit. Je ne savais pas ce qu’il était le pire : entendre les cris, les pleurs et les lamentations des gens en détresse ou entendre le silence des morts et des blessés ? Dans tous les cas, la douleur que je ressentais à ce moment-là me faisait bien plus souffrir que mes blessures du dos.
Je me relevai pour récupérer mon téléphone dans ma poche de devant et mis Amy contre ma poitrine. Je cherchai dans mes contacts le numéro de Regen. C’était le seul numéro que j’avais récupéré et qui se trouvait près de Nice. Puis je l’appelai.
Le téléphone sonna une fois, deux fois…
-Aller ! murmurai-je les dents serrées. Réponds Regen ! S’il te plaît, réponds !
Au milieu de la quatrième sonnerie, mon amie répondit enfin :
-Allô Shimy ! me répondit-elle joyeusement. Ça va ? C’était bien le feu d’artifice ?
Mon cœur se serra. Non, rien n’allait ! Mais ma fierté m’interdit de dire ce que je ressentais en cet instant.
-Regen, répondis-je le plus vite possible pour ne pas l’inquiéter, est-ce que tu peux venir avec une voiture s’il te plaît ?
-Ça ne va pas ? Qu’est-ce se passe ?
-Écoute Regen, je t’expliquerai mais là, j’ai un gros problème. Je ne peux pas rentrer. Je ne sais pas où se trouve le camping et je ne me vois pas marcher une aussi longue distance aussi tard ! S’il te plaît, viens.
-Shimy ! entendis-je plus loin dans le combiné. C’est moi Solaris ! Je dors ce soir chez Regen mais tu m’inquiètes. Qu’est-ce qu’il se passe ? Vous avez perdu vos clefs de voiture ?
En entendu cette dernière phrase, je me rappelai de la dernière fois où j’avais vu mes parents. Je lâchai mon téléphone pour étouffer un sanglot. Des larmes inondaient à présent mon visage. Même s’ils étaient distants, je les aimais. Mais qu’étaient-ils devenus ?! Je sentis que je compressais la petite Amy. Je la pris dans mes bras, avant de fermer les yeux.
Mes deux amies me tirèrent de mes pensées : elles hurlèrent mon nom à pleins poumons. Doucement, je récupérai mon portable. Puis j’entendis un hurlement. Je le relâcha une seconde fois en hurlant à mon tour. J’étais à cran et choquée pour réagir ainsi. Je ne voulais que rentrer et me coucher.
-Regen, Solaris ? demandai-je au portable une fois récupéré. Qu’est-ce qu’il y a ?
-Les informations à la télé, me répondit Regen, elles sont choquantes ! Il y a eu un nouvel attentat. Attends, ils vont nous dire où… Mais je m’en fou de ce camion !!!… Excuse-moi Shimy mais comment ont-ils osé faire un attentat le jour de notre fête nationale ?… Mais vous allez nous le dire où ça s’est passée ?!?!?!…
Je pris une profonde inspiration avant de lui apprendre la triste nouvelle, d’une toute petite voix blanche. Elle hurla une nouvelle fois de stupeur.
-Oh Shimy ! Ça va ?! Et tes parents ?
Je ne lui répondis pas. J’avais la gorge nouée. Mon amie compris mon silence.
-Écoute, me dit-elle au bout d’un certain moment, le camion est déjà passé là où tu te trouves ?
-Oui…
-Alors Solaris, ma mère et moi, on va venir te chercher avec la voiture. Ne bouge surtout pas. On arrive.
-J’ai un bébé avec moi, leur informai-je d’une toute petite voix.
-D’accord, on sort le siège auto. Tiens bond Shimy, on arrive !

13 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. Le prochain chapitre devrait être le dernier sur 14 juillet

  2. Frisson …. C’est horrible !

  3. C’est captivant et inquiétant,on s’y croirait vraiment,c’est juste horrible !En bref,c’est bien écrit,bravo à toi . Pray for Nice.

  4. on a vraiment l’impression d’y etre….brrrrrrrrrrrrrrrrrr

  5. Merci beaucoup pour tous ces commentaires. Ça me touche vraiment

  6. c’est toujour parfait!!!!!!!!!!!

  7. just perfect

  8. Merci beaucoup

  9. Perfecto

    • Merci beaucoup !

  10. C’est trop triste mais super bien écrit !!

  11. C’est parfait tu devrais en faire un livre !!

  12. C est trop bien écrit on s y croyait vraiment je trouve que c est une bonne idée que solaris et regen ne comprennent rien