Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Les légendaires - Saga
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
logo-legendaires-resistance
Sortie du prochain tome dans :

Se relever (6)

Shimy28

Posté par Shimy28, le 22 juillet 2016


11 commentaires

La suite axé sur les nouvelles. Il y aura une question à la fin, dans les commentaires

Il faisait nuit noir. Tout le monde hurlait et était terrifié. J’essayais de bouger mais je n’y arrivais pas. Comme si les pieds étaient cloués au sol. Soudain, je vis un camion foncer sur la foule. Je hurlai de terreur. Je vis mes parents. Ils ne virent pas le véhicule. J’essayais de leur hurler de bouger mais je n’avais plus de voix. L’engin s’approchait dangereusement d’eux. Ils allaient se faire rouler dessus. Non ! Il n’en était pas question. Il n’en était pas question ! Il…

-IL N’EN EST PAS QUESTION !!!!!!! hurlai-je de tout mon être en me réveillant en sursaut.
J’étais pleines de sueurs froides. Ce cauchemar était plus vrai que nature. Il avait fait ressortir toutes mes angoisses.
J’observais autour de moi. Il devait être aux alentours de neuf heures. J’étais dans une lit d’hôpital, Solaris a côté de moi. Elle me tenait la main pour m’apaiser et me regardait d’un air inquiet.
-Solaris ?
-Chut Shimy, économise tes forces. Après ton évanouissement, nous avons décidé de t’amener tout de même aux urgences. Ton dos et tes chutes nous inquiétaient. Nous avons bien fait de t’amener ici. Tu ne t’en rendais pas compte car ta blessure au cœur est bien plus importante mais tu as une lombalgie aigu.
Une lombalgie aigu ? Qu’est-ce que c’était ? Je sentais bien des douleurs dans le bas du dos mais elles n’étaient pas si importantes. Devant mon regard interrogateur, elle m’expliqua que c’était une douleur aux lombaires, des muscles dans le bas du dos, près de la colonne vertébrale. J’avais eu une lésion à un muscle, suite à mes deux chutes la nuit derrière et mon effort inhabituel. Ces douleurs ne seraient pas grave, au bout d’une semaine, je ne ressentirais plus rien. Néanmoins, la mère de Regen n’avait pas eu le courage de me faire rentrer au camping la nuit derrière.
Pour me faire travailler mes muscles, je sortis de mon lit d’hôpital, aidée par Solaris. Regen m’accueillit, les yeux cernés et le visage bien accablé :
-J’ai passé toute la nuit sur l’ordinateur, m’informa-t-elle, et je sais qu’il y a eu 84 morts et 18 blessés en état d’urgence. J’ai lancé des recherches de tes parents Shimy. J’ai une très mauvaise nouvelle à t’annoncer. Ton père, il s’appelle bien Albion Élementa ?
J’hochai la tête tout en comprenant où elle voulait en venir. Je plaquai mes mains contre ma bouche pour étouffer un cri et des sanglots avant de m’enfuir en courant. Ce n’était pas possible ! Ce n’était pas vrai ! Mon père, mort ? Mon cher papa ! Qu’avait-il fait pour mériter cela ? Même s’il était distant avec moi, c’était lui qui me comprenait le mieux. Le savoir décédé fit trembler mon monde.
Je courus jusqu’à ma chambre avant de m’effondrer en larmes sur le lit. C’était tellement injuste ! Mes deux amies arrivèrent et me prirent dans les bras. Elles le consolâmes le mieux qu’elles purent. Solaris faisait beaucoup d’effort. Comme moi, elle n’était pas la première personne à venir consoler les gens.
-Je suis désolée Shimy, me murmura Regen, mais il faut que je termine avec les mauvaises nouvelles. Donc, apparement, ce fou transporterait des armes à feu et des grenades. L’état d’urgence sera prolongé de trois mois. Je ne sais pas si tu considères ça comme une bonne nouvelle mais la cellule psychologique est ouverte. Si tu as envie d’y faire un tour…
-Bien sûr ! lui répondis-je assez sèchement. J’ai une tête pour aller voir un psy moi ?! Sérieusement Regen !
-Shimy, me dit Solaris, tu as vu la mort tout près de toi ! Je sais que par fierté, tu n’iras pas. Entre nous, j’aurais fait pareil mais réfléchis-y. Cela pourrait arrêter tes cauchemars.
-Et bien vas-y Solaris je t’en prie ! Je ne suis pas aussi faible que tu ne le crois !
-Shimy, intervint Regen, nous essayons juste de voir ce qu’il est le mieux pour toi. Ma mère fait des recherches dans tous les hôpitaux de la région pour savoir où est ta mère. De mon côté, j’ai aussi lancé des recherches sur le net. Passons aux bonnes nouvelles maintenant. Comme pour tous les autres attentats, la solidarité se fait sentir sur les réseaux sociaux. Tu devrais aller voir ton portable.
Je lui souris. Elle avait raison, mes amis devaient beaucoup s’inquiéter pour moi. À côté de mon lit, je vis le sac de ma mère. Le dernier souvenir d’elle. J’y avais mis mon portable. Je le pris et je failli le lâcher de surprise ! Il devait bien y avoir cents coups de téléphone et bien dix messages ! Beaucoup étaient de mon groupe d’amis : Dan, Jade, Gryf, Razzia et Téné. Comme on avait formé des duos pour les vacances, Dan et Razzia m’avaient envoyé un total de vingt appels, Jade et Téné un total de trente et Gryf avait fait exploser la boîte d’appel : il avait appelé quarante fois ! Les dix dernières appels était ma grande mère, des gens de la famille et des amis de mes parents. Mon cœur se resserra en y repensant. Mais je devais me changer les idées. Je décidai d’aller sur Instagram.
Lorsque j’ouvris l’application, je fus très surprise du nombre de commentaires qu’il y avait sous ma dernière photo postée, celle du feu d’artifice. Les premiers s’émerveillaient devant ma magnifique photo mais plus j’avançais, plus je recevais de messages de soutiens. Je fus énormément touchée. Gryf était celui qui m’avait envoyé le plus de messages. J’ignorais qu’il s’intéressait d’aussi près à moi ! Il faut dire que ce n’est pas un as des sentiments, tout comme moi. Je répondis alors ceci à tout le monde : « Merci beaucoup pour tous vos messages de soutiens. J’en suis très touchée et je vais mieux grâce à vous. ». En temps normal, jamais je n’aurais été aussi sentimentale mais nous n’étions pas en temps normal. Sûrement pas après un attentat.
J’écoutais après tous mes messages vocales. Chaque duo m’en avait laissé un, ma grande-mère m’avait aussi laissé un message et les neufs personnes m’en avaient laissé un. Gryf se démarqua une nouvelle fois : il m’avait fait vingt messages vocales !
-On voit qu’il tient à toi ce Gryf, me sourit Solaris. Tu devrais l’appeler en premier, il doit angoisser à mort de ne pas avoir de tes nouvelles !
-Tu as raison, lui répondis-je, c’était lui qui m’a le plus soutenu et qui se soucie vraiment de moi en ce moment. Il mérite que je lui donne en premier de mes nouvelles.
Sur ces mots, je cliquai sur son numéro pendant que je faisais signe à mes deux amies de partir un instant. Elles se lancèrent un malin regard avant de partir. Mon téléphone sonna trois fois avant que mon ami ne me réponde…

11 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. Merci d’avoir lu ! Maintenant ma question. Voulez-vous que la grand-mère ( au fait, vraiment désolée pour la faute que j’ai fait durant tout le texte sur la grand-mère ) de Shimy soit du côté maternelle ou parternel ?

    • Maternelle, et elle supporterai pas Albion !

  2. Côté paternel ! Sinon, toujours aussi bien !

  3. Vas-y pour côté pater

  4. Paternelle ! C’est mieux sinon je la voie super aigrie si c’est la mere de shamira

  5. On prefere tous la vieille grand mere qui adore les gateau et s’occupe de nous en racontant des souvenirs sur l’enfance humiliante de son fils (ou fille)

    • Par contre sur ce coup là je sais pas j’ai pas connu ( les histoires humiliantes )

  6. Bon allez on arrête de jouer les sentimentales ( je dis ça pour moi )

  7. Super!

  8. Merci beaucoup pour tous ces commentaires. Ça me fait vraiment plaisir

  9. Trop bien