Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Saga
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
Sortie du prochain tome dans :
logo-legendaires-resistance

Se relever (9)

Shimy28

Posté par Shimy28, le 25 juillet 2016


8 commentaires

La suite. Merci beaucoup pour leui m'ont donné des noms ! J'ai fait un mélange des deux donc la mère de Regen s'apelle

Assise sur le siège passager, la mère de Regen entama la conversation :
-Nous allons continuer à sillonner les hôpitaux Shimy. J’en ai déjà fait quatre ce matin : Le Pavillon M, IUFC, l’Hôpital Pasteur et le Centre Antoine Lacassagne. On va essayer de tous les faire aujourd’hui.
-Merci beaucoup madame ! la remerciai-je les yeux brillants. Merci pour tout ce que vous faîtes.
-C’est bien normal Shimy ! Je ne laisserai jamais tomber les amis de ma chère Regen et ta situation est très délicate. Je ne pouvais pas t’abandonner. Au fait, appelle-moi Sheilynia. Nous allons passer un peu de temps ensemble alors « madame » va finir par me lasser.
Je hochai la tête. Ça allait être plus facile pour la nommer. Moi aussi, cela commençait à me fatiguer de l’appeler « madame ». Je la vis chercher un disque dans sa portière lors d’un feu rouge. Quand il passa au vert, elle me donna tous ses CD et me demanda d’en choisir un.
Je les inspectai un à un. Il y avait de tout, allant des vielles chansons aux chansons les plus récentes. Je tombai sur Cécile Corbel. Sans réfléchir d’avantage, j’entrai le disque dans la cassette à CD. Les chansons exprimaient bien ce que je ressentais en ce moment. Elle commença par une chanson plutôt entraînante d’une minute. Puis les chansons assez triste commencèrent. Je regardai le paysage pour pouvoir laisser couler mes larmes. Comment allait-on la retrouver ? D’ailleurs, allions-nous la retrouver ? Je soupirai le plus silencieusement possible en prenant une profonde respiration.
Trois chansons plus tard, nous vîmes un premier hôpital qui s’appelait Professeur JP Lacour. Sheilynia se gara le plus près possible de l’entrée. Mais il y avait tellement de monde que de trouver une place avait été très difficile. À l’intérieur, il y avait tellement de gens qui attendaient des nouvelles de leurs proches que cela me brisa le cœur. D’après les informations, deux cents victimes étaient blessées. Deux cents innocents, quatre-vingt-quatre morts et tant de gens choqués. Cet acte me révoltait. Comment était-on capable de tant d’injustice ?! Des journalistes y étaient aussi. Cela me dégoûtait. Comment osaient-ils poser des questions dans notre état ?! Je savais bien que le monde se souciait de nous mais laissez-nous respirer à la fin ! J’avais l’impression d’étouffer dans un pays où les attentats n’arrêtaient pas ! Je n’avais perdu personne lors de l’attentat du bataclan mais ma professeur d’allemand avait apparement perdu des êtres chères à son cœur. Le cours d’allemand qui suivait cet attentat avait été assez spécial. Elle nous en avait parlé. On pouvait sentir de la colère et de la tristesse dans sa voix. Elle nous a longtemps parlé du symbole de Paris qui était un bateau. Elle nous disait que ces terroristes nous avaient fait vacillé mais que jamais nous ne sombrerons ! À l’époque, j’étais d’accord mais à présent, je me demandais comment ne pas tomber. La douleur était pertinente, même si j’arrivais quelques fois à l’oublier.
Notre tour arriva enfin. Je donnai le nom de ma mère à la dame et je lui fis une rapide description physique d’elle. Elle chercha sur son ordinateur les personnes identifiées. Quand elle ne trouva pas, elle me montra son écran et fit défiler les portraits des victimes. Aucune n’était ma mère. Attristée, je remerciai tout de même la dame avant de repartir avec la mère de Regen.
Deux hôpitaux plus tard, je n’avais toujours pas retrouvé ma mère. J’étais effondrée. Ne pas savoir ce qu’elle était devenue était le pire sentiment que je pouvais ressentir. J’espérais vraiment qu’elle aille bien. Il ne restait plus que deux hôpitaux. D’un certain côté, j’aimerais vraiment qu’elle ne soit pas là mais d’un autre…
La sonnerie de mon téléphone me tira de mes sombres pensées. Je décrochai rapidement :
-Allô Shimy, comment ça va ?
-Allô Regen ! Je suis contente de t’entendre. Tu as des nouvelles ?
-Bah c’est Solaris et Roccia qui s’occupent de tes recherches. Ils t’appelleront quand ils auront de nouveaux éléments.
-Ah, soupirai-je tout bas.
-En fait, continua-t-elle, je t’appelais pour les recherches de la petite Amy. Comme je suis la meilleure en informatique, on m’a confié la petite. Dis-moi, la mère avait-elle un accent du sud ?
-Euh oui je crois.
-Tu penses qu’elle était de la région ?
-Oui, je pense.
-D’accord, merci beaucoup. Bon courage pour la suite.
-Merci à toi aussi.
Je raccrochai au moment où nous arrivions à l’avant-dernier hôpital. Comme dans tous les autres, il y avait une foule monstre. La queue était toujours aussi grande. Pendant une demi-heure, j’attendais, l’angoisse au ventre. Quand ce fut mon tour, la dame de l’accueil fit la même manipulation que dans les trois autres hôpitaux. Et toujours aucun résultat. Allait-elle seulement bien ? Dire que mes amis n’avaient pas réussi à trouver des choses. J’étais vraiment très inquiète, au point que mes larmes vinrent me piquer les yeux. Je clignai rapidement des yeux pour les chasser.
Nous reprîmes la voiture pour le dernier hôpital. Sheilynia vit la tristesse dans mes yeux. Elle tenta au mieux de me réconforter :
-Je suis vraiment désolée Shimy que les recherches n’aient encore rien données. Mais d’une certaine manière, c’est une bonne nouvelle. Elle est peut-être encore en vie, saine et sauve.
-Je l’espère moi aussi, je l’espère vraiment.
Oui Je l’espérais plus que tout. Mais je ne devais pas rêver. Il y avait de fortes chances qu’elle soit morte ou blessée. On disait que l’espoir faisait vivre. C’était vrai : mon espoir de retrouver ma mère était bien plus fort que le désespoir d’avoir perdu mon père. Et je comptais bien prouver à ces terroristes que l’espoir m’animerais toujours et que jamais la peur ne reprendrais le dessus. Jamais.

8 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. Excusez-moi pour toutes ces phrases inachevés . Je vois dire qu’elle s’appelle Sheilynia

  2. Ahhhh ! J’espere que shamira va bien
    !!!!! j’attend totalement la suite. Tu ecris si bien !

  3. C’est très bien écris et j’attend la suite avec impatience

  4. j’espère que Shamira va bien Et que la mère d’Amy ne soit pas morte
    Sinon c’est toujours aussi bien écrit

  5. J’ai encore eu des frissons durant ce chapitre,toujours aussi bien écrit et plaisant à lire ! :3
    J’attends très impatiemment la suite ! 😉 😀

  6. Superbe ,mais je te l’ai déjà dit et je le répèterai suffisamment de fois pour te dire que c une des meilleures fic de l’histoire

  7. Merci beaucoup

  8. C est trop bien tu devrais écrire des livres j adore