Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Les légendaires - Saga
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
Sortie du prochain tome dans :
logo-legendaires-resistance

Une Vie Elfique Chapitre 43 : Plyska

AlShimy2000

Posté par AlShimy2000, le 17 octobre 2021


3 commentaires

Le nouveau site chapitre, un peu plus long, finissant le combat contre Armis...

Château Maudit…

 

On venait de toquer à la grande porte froide et Abyss s’y dirigeait pour ouvrir.

« – Qui êtes-vous ? articula-t-il dans l’ombre.

-Plyska. dit juste la voix féminine.

-Plyska ? LA Plyska ?

-Oui c’est moi.

-Alors où sont-ils ?

-Je dois m’entretenir avec le chef.

-Entre. »

Abyss lévita au-dessus du sol, devant l’elfe noire, qui le suivait. Elle avait laissé sa capuche cachant ses cheveux et son visage. Plyska marchait avec sa sacoche à la main, comme pour éviter qu’on le lui vole.

 » -Maître. Elle est arrivée.

-Fais-la entrer Abyss. »

La créature ouvrit la lourde porte et fit, avant de se retirer, entrer l’invitée.

Cette dernière détailla la pièce, comme pour trouver une échappatoire, au cas où l’entretien tournerait mal. Cependant, elle savait qu’elle ne pourrait pas fuir face à Libran en personne.

Elle trouva des fenêtres hautes aux verres sales et un immense chandelier brillant au-dessus de la table ronde où se trouvait uniquement le chef de la Fraternité, qui l’a regardait profondément.

Il avait ses cheveux blonds attachés en une longue natte désserrée et des habits propres.

« – Viens, installe toi, fais comme chez toi. convia l’hôte.

-Merci Maître.

-Un petit amuse-gueule ?

-Non merci Maître.

-Alors, ta petite expédition s’est bien passée ?

-Assez bien, malgré les basses températures.

-Et alors ? Elle n’a pas été concluante ? J’ai constaté que tu étais revenue seule. Ce n’est pas ce qui était convenu.

-Laissez-moi m’expliquer, je vous prierais Maître.

-Sois convaincante. dit juste Libran.

-Alors, je les ai bien trouvés, où c’était convenu. J’ai pu parler avec eux mais ont refusé de me suivre sur le chemin du retour. Je leur ai bien dit que ce n’était pas dans le contrat mais ils ont trouvé une alternative peut-être mieux, je vous laisserai constater par vous-même. Ils m’ont donné et indiqué sur une carte l’emplacement de l’endroit. Ils ont également dit qu’ils seront sûrement là-bas quand nous arriverons. J’ai aussi glissé des questions sur le sanctuaire de Calibur ou sur les jumelles esprits de la lune et du soleil mais ils ont esquivé les questions. »

Libran semblait en pleine réflexion, une main sur son menton, avant de planter son regard glacé dans celui de Plyska, brun.

« – Je pense en effet que c’est une bonne alternative. Donne-moi la carte et tu pourras disposer.

-Bien Maître. »

Elle ouvrit sa sacoche et sortit un parchemin d’un étui rigide pour le donner à son supérieur.

L’elfe aurait voulu poser des questions sur l’endroit qu’il recherchait mais elle n’osa pas. D’ailleurs, les deux personnes qu’elle avait rencontrées auparavant ne lui avaient rien dit.

Elle garda donc sa question pour elle et partit par une porte opposée à celle qu’elle avait utilisé pour entrer dans cette pièce et demanda à un domestique de lui indiquer sa chambre pour s’y reposer après plusieurs semaines de recherches.

Cependant, quand elle entra dans la pièce, elle n’y trouva pas un bon lit douillet mais elle se dit que cela fera mieux l’affaire que le sol de terre mouillée par les pluies.

Plyska enleva sa cape, détacha ses cheveux, s’allongea sur son matelas plus ou moins mou et s’endormit.

 

Chez les Marakas…

 

La veille, Shun-day, Samaël, Darkhell, Halan et une dénommée Barbara avaient débarqué et étaient répartis aussitôt. Apparemment, il y avait eu un problème dans les endroits de téléportation.

Cependant, Ténébris avait disparu. Amy en avait déduit qu’elle était partie avec eux, à l’insu de tout le monde.

Bien évidemment, Amy, la fille aînée de Shakra, qui avait pris la relève en attendant la délibération de sa mère et de ses sœurs, avait cherché Ténébris dans tous les alentours avec Kalypso et Kenian, les jumeaux. Même Kel avait aidé à la chercher. Ce n’était que dans la soirée qu’ils ont admis qu’elle était partie avec son frère.

« – Amy ? Tu penses qu’ils vont venir nous chercher ? demanda Kalypso.

-Je ne sais pas Kaly. Mais…

-Ils ne reviendront pas. coupa sec Kenian.

-Ils doivent bien ramener ma famille et les Fantasticos doivent ramener le roi Kel dans sa cité. Kogan est le seul à savoir où elle se trouve.

-Je veux prendre part au combat mais je ne veux pas qu’il arrive quelque chose de mal, vous voyez ? dit Kalypso.

-Tout le monde veut mettre sa pierre à l’édifice de cette quête mais, on a trop peur du danger et de la mort. Et c’est peut-être pas plus mal. jugea Kel, le roi rouquin, qui venait d’arriver.

-Évidemment. » lâcha Kenian.

 

Chez les Alchemia…

 

Takumi, l’aîné de Lómelune-Di et de Lomion, l’ami d’enfance de Sohana, marchait tranquillement dans la forêt, armé de son arc. Il foullait l’herbe fraîche en pensant à son amie.

Certes, ils n’étaient que peu de temps ensemble, depuis que Sohana était chez les Alchemia et que Takumi avait emménagé avec Akamio dans un village proche de celui où vivaient Galatée, Liam, Albedo, Eugeo et Lomion.

Ils étaient devenus amis pour leur passion commune des traditions et des légendes ancestrales, d’où leurs tenues un peu différentes et atypiques.

Mais par la suite, Akamio avait voulu déménager sur Astria et Takumi, qu’il considérait comme un père, l’avait suivi.

Il paraît qu’Akamio aurait quelque chose à cacher. À sa mort, il avait demandé à Luzwë que tout soit révélé, or Takumi ignorait tout de ce « secret ».

En revanche, il y a quelque chose qui l’avait fait tilter, pendant quelques années, il avait étudié dans l’académie où Venti, Albedo, Liam et Barbara étudient. C’est d’ailleurs de là que la magie de l’air de son arc s’était déclenchée. C’est Akamio qui l’avait envoyé pendant trois années. Cependant, s’il y était rentré à douze ans, l’âge normal, il était reparti vers quatorze ans. Akamio n’avait pas voulu qu’il reparte là-bas, pour il ne sait quelle raison.

Il tira son fil rouge, ce qui resserra sa longue queue de cheval grise et partit vers ses appartements.

En passant, il croisa justement Barbara et Albedo, qui parlaient d’un ton mouvementé. L’elfe ne prit pas la peine de s’arrêter et de les couper, donc il continua sa route.

Le frère et la sœur de Liam étaient en effet, en train de parler, Albedo faisant de grands gestes des mains.

« – Mais enfin, Barbara, pourquoi ?!

-Qui c’est qui m’a appelé pour lui filer un coup de main ? C’est toi je te rappelle !

-Je ne t’ai pas forcé, tu as accepté directement ! Je t’ai pas demandé d’en parler avec elle et les parents !

-Fallait pas me m’appeler ! D’ailleurs, pourquoi moi et pas les autres ? s’interrogea brusquement Barbara.

-Parce que tu es sa sœur.

-Lumine aussi je te rappelle. C’est sa jumelle même.

-C’est pas comme si la dernière fois qu’ils se sont vus, c’était la joie. Liam est parti à cause d’elle ! cria Albedo.

-Il l’a cherché !

-Bref, tout ça pour dire, pourquoi ? Et quand surtout ?

-Je ne sais pas. Je sais qu’elle va venir mais pas quand.

-Génial, une personne de plus à laisser en vie… » soupira l’aîné.

La nuit commençait à tomber.

Près du feu, Cherylad et Galatée avaient fini leur discussion sur l’avenir. Lómelune-Di les avait écouté et s’était intéressé à leur futur, en songeant au sien. Il n’allait quand même pas rester toute sa vie avec Narmaci. Et puis, ce dernier n’était pas immortel. Le Loupenatouryth se tritura ses cheveux blonds en pensant à tout ça.

Sur une chaise en bois, Eugeo avait également tout écouté. L’adolescent, cadet de Liam d’un an, avait fugué de chez lui pour rejoindre ses connaissances et pour faire ses preuves en combat, avec son épée aux pouvoirs de glace, ayant sauvés Asuna d’Allena, à ce moment-là hypnotisée et Dynameis.

Le sorcier de la lumière, arriva vers le feu rougeoyant et crépitant, un mouchoir mouillé dans sa main.

« – Eugeo ? Tu peux venir ? J’aimerais te parler s’il te plaît. »

Le blondinet sursauta car il ne connaissait même pas le prénom de la personne qui lui parlait et ne voyait pas pourquoi il lui parlait.

« – Euh, oui. »

Narmaci l’emmena un peu à l’écart des autres, fit apparaître deux chaises et l’invita à s’asseoir. Le sorcier n’y alla pas par quatre chemins :

« – Pourquoi es-tu là ?

-Pour montrer que je peux me battre.

-Ceci n’est pas une raison, jeune homme.

-Je veux me battre !

-Mais pourquoi veux-tu te battre ? Pour faire tes preuves auprès d’une personne en particulier ?

-On peut dire ça…

-Tu veux me raconter ? Certes je ne suis qu’une personne inconnue extérieure mais ça ne peut-être que bénéfique. Et je ne raconterais rien à personne. Parole d’elfe sorcier. » jura-t-il, la main levée.

Eugeo hésita, mit sa main dans sa poche, baissa le regard, avant d’annoncer :

« – J’accepte de vous expliquer, si c’est bel et bien confidentiel.

-Bien entendu.

-Eh bien… commença Eugeo, les yeux rivés sur le sol, ce qui ne dérangea guère Narmaci. Étant petit, je ne m’intéressais qu’à la cuisine et à la lecture, ce que mon père ne tolèrait pas chez un garçon. Il m’a interdit de continuer ces activités, m’a beaucoup fait travailler intellectuellement. J’étais devenu très fort à l’école. Cependant, il voulait que soit un chevalier de Larbos mais j’avais un problème de jambe. Mais un jour, un mage m’a soigné et mon père s’est acharné à faire de moi le meilleur épéiste.

-Mais, on ne peut pas être fort en tout, c’est contre nature.

-Il n’était pas de cet avis. détourna le garçon.

-D’accord, je vois.

-Si vous le dites.

-Cependant, je ne comprend pas l’intérêt de jouer le fugueur. Il y a des combats pour entrer dans l’ordre des Faucons d’Argent, à Larbos.

-Eh bien… J’ai déjà essayé mais… j’ai échoué… avoua Eugeo, tristement. Et…

-Oui ? Continues, veux-tu. encouragea Narmaci.

-Mon père est mort. Et ma défaite est la dernière chose qu’il a vu de moi. Il est mort dans la nuit. Mais je crois qu’il a été assassiné, et par un mage. Celui qui m’a soigné.

-Eugeo, je ne sais pas si tu t’en rends compte, mais c’est très grave d’accuser quelqu’un comme ça. reprit très sérieusement le sorcier. Mais tu veux nous aider, pour qu’il soit fier de toi, depuis la mort ?

-Oui. Et j’en suis conscient. Cependant, j’ai des preuves. Mon père et le mage se connaissaient mais j’ignore d’où. Je suis sûr que le mage m’a soigné après que je sois devenu assez fort à l’école, comme ça mon père me réorientait dans l’armée. Mais après ma défaite, mon père a été déçu et a commencé à réfléchir à cette réorientation et si c’était bénéfique pour moi. Mais on l’a retrouvé mort le matin même.

-Mais pourquoi aurait-il été assassiné et comment ?

-Par du poison et j’ai retrouvé une lettre sur mon bureau. Et c’était signé : « Ton Guérisseur ».

-Donc, c’est certain qu’il a été assassiné mais pourquoi ?

-Ma mère a révélé qu’il y avait une affaire et des problèmes d’argent, c’est pour ça qu’il ne voulait pas que je sois soigné au début.

-C’est une preuve d’affection. Tu ne peux le nier. remarqua le sorcier.

-Je sais. Donc, j’ai vu que Lomion, Lakina et Liam vous avaient suivi, je vous ai espionné mais ils ont tous disparu, jusqu’à ce que je retrouve votre trace à Larbos. Donc je vous suis pour lui prouver, à mon père, que je ne suis pas faible, puis je retrouverai le mage. Personne ne me fera changer d’avis. Pas même vous. déclara Eugeo.

-Très bien je vois. »

Narmaci se mit à réfléchir, pendant qu’Eugeo se demandait s’il avait eu raison de tout lui confier. Mais il ne niait pas que ça lui avait fait du bien de se livrer.

« – À TAAAABLE ! résonna la puissante voix d’Albion.

-Nous reparlerons de tout cela plus tard, veux-tu. »

Le sorcier et l’adolescent partirent en direction du feu. Près de lui, une grande table avait été dressé pour la grande assemblée et Shyska, Albion et Roccia descendaient les plats cuisinés par leurs soins, sous les ordres et idées de Roccia.

Tout le monde prit une place, même Elysio, qui était resté avec Kalandre, qui dormait, après ses soins, ainsi que Fleur. Seul Kogan ne les rejoignit pas mais Luzwë avait l’air ravi de sa non-présence.

« – Au menu, des courbrines farcies au carmele, à la citrine et aux chouflis blancs ! annonça le chef, un sourire aux lèvres, en levant les bras. Bon appétit ! »

Tout ce petit monde mangea avec appétit le plat expérience et des critiques uniquement positives fusèrent dans la nuit, désormais noire mais illuminée par des boules de lumière créées par Narmaci, avant son entrevue avec l’adolescent.

À la fin du repas, Kalandre se réveilla et mangea un peu de farce blanchâtre, entre Halcyon et Elysio.

« – Dis, Halcyon ?

-Oui ?

-Tu connaîtrais pas une Plyska, à tout hasard ? » demanda la jumelle d’Asterion.

L’elfe noir se figea et réfléchit, avant de répondre :

« – Euh, si c’est une ancienne amie. Pourquoi ?

-La FU a parlé d’une Plyska qui avait une mission pour eux. Mais qui aurait potentiellement pu te kidnapper, à la plage de Kalgon, ton frère.

-Eh bien, s’ils ont fait pour que ce soit Kalgon qui me kidnappe, ils l’ont fait car ils ont dû se douter que je n’aurais pas suivi Plyska. Elle a dû leur parler de moi.

-C’est effrayant de voir tout ce qu’ils savent sur nous… murmura Ténébris.

-Oui, tu l’as dit… » renchérit Samaël.

Pendant que Shun-day la Galina approuvait, Shamira prit son frère à part :

« – Tu penses que c’est Plyska, LA Plyska ?!

-Il n’y a pas vingt mille Plyska sur Alysia et Astria combinées. Surtout que je n’en connais qu’une seule. Toi aussi, je suppose Shamira ?

-Oui, bien sûr et c’est la même. Et je suppose qu’elle ne sait toujours pas la vérité ?

-Non, je ne lui en ai toujours pas parlé…

-Halcyon ! Ta fille a plus treize ans maintenant et elle est forte, il vaut mieux que tu lui dises et qu’elle ne le découvre pas seule ! À l’extérieur, tu es un homme sportif qui a peur de rien avec sa lance mais derrière cette armure, tu es un papa poule et attentionné. Crois-moi, parle-lui. Que votre relation ne devienne pas comme celle à Shimy et moi. supplia presque Shamira. Allez, on retourne manger.

-Je sais… Tu as raison… »

Les deux frère et sœur se réinstallèrent à table et reprirent leur repas tranquillement, sans reparler de leur discussion.

De l’autre côté de la table, il y avait Jadina et Halan, plus proches que jamais, comme dans leur tendre enfance.

« – Dis, Jadi, c’est quoi que Luzwë doit nous révéler, à propos de ton grand-père Akamio ? questionna le prince de Sabledoray.

-Je, je sais pas… C’est vrai ça ! Luzwë !! » cria Jadina.

Le sorcier leva la tête de son assiette et regarda les fiancés, sans vraiment comprendre.

Razzia tourna également sa tête vers Luzwë et lâcha :

« – Vous savez. Ce que votre disciple vous aurait révélé, il y a plus ou moins longtemps. La dernière chose qu’il vous a dit sur son lit de mort.

-Je vois. Ce n’est pas quelque chose à dire à la légère. J’aimerais attendre la fin du repas. » dit juste l’ancien maître d’Akamio.

Personne n’étant capable de le contredire, le dîner continua, dans un silence de mort.

 

Sur Astria, dans le Sanctuaire de Calibur…

 

Shimy avait dégainé sa lance, Asuna, sa rapière, Gryf, son arc et Shiyi son épée lourde, pendant qu’Allena prenait son sabre.

Les cinq étudiants de l’Abores Elementa avaient pris la relève des sept esprits élémentaires de Shimy, immobilisés par Armis.

La jeune femme tenait fermement Calibur et leur faisait face. Armis ferma ses yeux blancs et se prépara aux combats.

Cependant, son but n’était absolument pas de les éliminer mais de leur faire comprendre la puissance collective grâce à cette bataille et à une petite manipulation cérébrale à l’aide de sa magie, ni noire, ni blanche.

Le combat se déroula donc sous les yeux de Fulgur, Illa, Aeris, Ignis, Icy, Acqua et Terra.

Dans un premier temps, leur organisation était fragile. Ils essayaient de frapper et blesser leur adversaire, vieille de plus de cent vingt ans, sans réellement coordonner leurs coups et cela pourrait leur être fatal. C’était pour cela qu’Armis devait les manipuler pour les faire réaliser.

Elle décida donc de commencer son petit tour hypnotique. La femme les repoussa et déploya ses ailes noires pour s’élever, sans être dérangée. Armis saisit une bourse de cuire et en jeta le contenu sur les adolescents. C’était une petite poudre argentée, qui fila automatiquement sur leurs yeux, sans qu’ils ne s’en aperçoivent.

Gryf banda son arc et tira une flèche, accompagnée par une bourrasque de vent, déstabilisant Armis, qui tomba au sol.

Allena courut vers la personne au sol et l’attaqua avec son sabre chauffé par le feu élémentaire de sa propriétaire.

Malgré tous ses efforts, ses coups étaient détournés par Calibur. L’adolescente tenta alors d’embraser son arme et une flamme rougeâtre prit place sur la lame incandescente. Elle recula et envoya son arme sur Armis, comme le faisait bien Ignis, mais le coup fut, comme toujours dévié et le sabre repartit dans les mains de sa propriétaire.

« – Tu te bats bien mais ça ne sera pas suffisant !

-Je n’ai pas dit mon dernier mot ! » ricana Allena, un sourire aux lèvres.

Cette dernière essaya de faucher son adversaire avec un coup horizontal au niveau du bassin, puis après que son arme fut stoppée, elle jeta son arme et commença le corps à corps, avec des combinaisons de kung-fu Elfique, apprit à l’Abores et ainsi qu’en extra-scolaire.

Cela déstabilisa Armis, et, après un coup de poing dans le ventre, décida d’utiliser sa magie pour la repousser violemment contre un arbre, vers son arme ayant atterri ici auparavant.

Shimy accoura vers Allena mais elle était paralysée, comme les esprits. Elle regarda la respiration de son amie mais elle était normale.

Pendant ce petit temps, Shiyi prit la relève, alors que Gryf semblait avoir disparu et qu’Asuna était dans un coin, éloignée du reste, assise en tailleur dans les airs, son arme dans les mains.

L’elfe aux cheveux bruns plaça son épée sur son côté gauche, les deux paumes sur le manche puis il prit de la vitesse et sauta en fendant l’air de sa lame aussi lourde qu’un rocher, ce qui signifiait que des muscles saillants pointaient le bout de leurs nez sous les vêtements de Shiyi.

L’arme créa une force digne d’une rafale et repoussa Armis plus loin. Et c’était peut-être mieux, car la lame se planta dans le sol dans un grand fracas et brisa la pierre, qui s’éleva sous l’effet.

Cependant, ce n’était pas tout, entre ces débris, Asuna arriva et se mit à léviter, en préparation d’une attaque fatale.

La femme voulut partir mais Gryf lui tira bombe d’air, qui la fit tomber. Quand elle voulut relever la tête, elle fut soulevée par une vague d’eau.

La lèvre en sang, elle aperçut Asuna foncer sur elle, de l’eau tout autour de l’elfe, sa rapière chargée d’énergie. La fine lame trancha et entailla férocement Armis, la joue, les avant-bras et les jambes, désormais en sang.

Néanmoins, ni Gryf, ni Asuna et ni Asuna ne put continuer à la combattre. Ils se firent tous repousser, de la même manière qu’Allena. Après s’être relativement bien soignée, Armis ne put nier que Shiyi, Asuna et Shiyi s’étaient très bien battu et surtout, avec coordination, sans pour autant se parler.

Il ne resta plus que Shimy. Celle avec qui tout avait commencé.

Ses cheveux bleu azur serrés dans sa natte mit à l’arrière, l’elfe élémentaire saisit sa lance avec ses deux mains et essaya, en vain de toucher Armis. La femme aux yeux blancs avait réussi à arrêter tout les coups avec la lame Calibur.

Soudain, cela fut clair comme de l’eau de roche : elle avait sept esprits, avec chacun un pouvoir élémentaire différent. Il lui suffisait de les utiliser pour mettre son adversaire hors d’état de nuire. Et Shimy le savait, elle l’avait déjà fait, avec l’élément de l’air en particulier.

L’elfe sauta et planta fermement sa lame dans la pierre, comme Shiyi auparavant. Une secousse fit trembler la centenaire et des plantes grimpantes attrapèrent les habits d’Armis puis elles prirent feu. En quelques secondes, la fille de Shamira et Albion avait utilisé les pouvoirs de Terra, fendant la terre, dit jaillir des plantes comme Illa et les avait enflammé comme Ignis. À présent, elle allait faire comme Aeris. Avec la force de son esprit, une corde se matérialisa sur sa lance, toujours dans la roche, et elle tira une flèche sur Armis, qui tomba au sol, les flammes de sa cape éteintes.

Pendant que son adversaire féminin se remettait des attaques, Shimy se mit à léviter, comme Asuna avant elle et une grosse sphère d’eau creuse se forma et emprisonna Armis. Et sous les yeux ébahis de Icy et Acqua, l’eau se solidifia en glace, la bloquant sous le dôme.

Alors que Shimy avait sauté et avait commencé à le fendre de sa lance, pleine d’énergie électrique, comme la rapière de Fulgur, la glace explosa, la lance disparu et réapparut dans les mains d’Armis, qui était désormais plus loin. Elle s’était sûrement téléportée.

Cependant, Shimy continuait à tomber et ratterit, la main gauche, pleine de caillou et légèrement en sang, posée sur le sol, tout comme son genou du même côté, pendant que son autre jambe était pliée et sa paume droite refermée sur un manche. Celui de Calibur.

Comment ? Elle ne le sait pas. Et comment Armis a-t-elle pu disparaître ? Elle le sait encore moins.

Mais les faits étaient là : elle avait Calibur dans la main et elle ne parvint pas à s’en défaire.

Armis la rejoignit, son arc rangé et l’arme de Shimy dans sa main. D’un claquement de doigt de l’autre main, les sept esprits et les amis de Shimy furent libérés.

« – Test réussi. » félicita Armis, laissant toutes les personnes présentes dans l’incompréhension.

 

À suivre…

AlShimy2000

 

3 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. @moshii @jadina-30 @ombre-bleue @capucineg900 @petitefleur
    Laissez moi un petit commentaire