Bandeau - Les légendaires
Les légendaires
Legendaires Missions
Les légendaires - Saga
Sortie du prochain tome dans :
Les légendaires - Parodia
Les légendaires - Origines
Les légendaires - Les chroniques de Darkhell
logo légendaires stories
Sortie du prochain tome dans :
logo-legendaires-resistance

Une Vie Elfique Chapitre 45 : Dôme

AlShimy2000

Posté par AlShimy2000, le 16 novembre 2021


3 commentaires

La fin s'approche...

Dans la galaxie…

 

La veille, Aube et un autre serviteur avaient expliqué comment avançait leur plan. Le Maître, ou « l’Auteur », avait rit, preuve de son contentement.

Cependant, une autre domestique voulait autre chose. Le matin, elle alla dans le bureau dérangé pour s’entretenir avec lui.

« – Maître. Vous savez que si l’on agit comme ceci, il y aura des morts. C’est trop dangereux de les envoyer tous ensemble là-bas.

-Et dis-moi, Lana, comment veux-tu agir si ce n’est comme ça ?

– …

-Tu sais très bien qu’il nous Genesis, Calibur, Ténébris, le cœur du Croyant et toutes les sortes de magies élémentaires.

-On ne pourrait pas aller les chercher, les quatre et éviter le massacre ?

-Je suis le Maître. Tu as signé un pacte avec moi, je te rappelle. Désobéi-moi, il sera rompu et avec, tous mes engagements. Maintenant, si tu n’as rien d’autre à me faire part, ou si tu veux ranger les livres, je te prierai de partir, ma chère.

-Bien Maître. Bonne journée. »

La femme aux cheveux bleus fit le chemin inverse et sortit de la pièce. Elle marcha sur le sol parqueté et se retrouva devant un miroir au cadre d’or pur. Il lui refléta l’apparence d’une jeune femme sorcière joyeuse, à queue de cheval haute, d’en réalité presque mille ans et fatiguée.

Elle se retourna et croisa les deux domestiques de la veille.

« – Aube. Crépuscule. Comment ça va ?

-Bien.

-Bien et toi ? demanda Aube, visiblement plus polie que le dénommé Crépuscule.

-Ça va.

-Tu es allée demander ? interrogea l’homme.

-Oui, mais non.

-Quoi ? Il n’a pas voulu changer ses plans ?

-C’est ça Aube. Bon je vous laisse. Ahh ! Attendez ! Il est à l’infirmerie ? » cria Lana, après qu’ils se soient quittés.

Crépuscule continua sa route et Aube se retourna, la tête inclinée vers le sol.

« – Son état a empiré ? s’inquièta Lana.

-Oui… À plus tard. »

Elle se dépêcha de rattraper son retard auprès de Crépuscule et Lana partit en direction de l’infirmerie.

 

Sur Astria…

 

Shimy, Armis et leur groupe continuaient de marcher, foulant l’herbe verte. Le soleil transperçait les feuilles jaunies et illuminait le chemin.

« – Armis ! On arrive quand ? gémit Fulgur.

-C’est la fin du chemin…

-Après tu nous amènes chez les Alchemia ? Tu sais où c’est ? demanda Shimy.

-Non. Nous n’allons pas à votre campement.

-Quoi ? Mais pourquoi ? cria Gryf.

-Nous devons aller chercher les gardiens ? C’est ça Armis ? ajouta Acqua.

-C’est exactement cela.

-C’est vrai ça ! Vous étiez tous partis en même temps. s’exclama Asuna. Pourquoi ils ne sont pas là alors ?

-Un sort sur notre maison. dit Terra.

-Vous l’avez trouvé ?

-Oui mais un piège s’est refermé sur les personnes présentes dans l’enceinte de la propriété. Et tous les gardiens y étaient. Malgré nos efforts, nous n’avons pas réussi à les libérer. expliqua Aeris.

-Et Shimy nous a appelé, donc on a accouru. finit Icy.

-Donc maintenant, nous allons aller les chercher et essayer de les sortir de là.

-Rien ne te résiste !

-Si vous le dites… »

Le groupe continua et, sans prévenir, Armis leva les mains en l’air et ils furent tous téléportés devant un gros et haut arbre entouré d’un dôme blanc opaque.

« – T’aurais pas pu nous prévenir ?! » cria Allena, par terre.

Elle était littéralement collée à la terre, les membres en étoile. Shiyi s’était précipité et lui tenait compagnie.

« – Oh ça va. Je pouvais pas deviner que tu avais le mal des transports magiques… maugréa la plus âgée du groupe. Et puis, on est arrivé. Maintenant, reste à savoir comment on va les sortir de là… »

Armis essaya mainte fois des sorts, inefficaces. Les esprits, elles, retentèrent avec leurs armes, comme avant qu’elles ne partent.

Cependant, à part un bruit sourd et peu agréable pour les oreilles et rameuter les six gardiens, tout cela ne servit à rien.

Oceani, le dragon d’Icy, communiqua avec celle-ci, qui dit :

« – On pourrait essayer de tout utiliser nos pouvoirs et attaques en même temps, pour voir ce que cela donne !

-Bonne idée ! » s’écria Illa, optimiste.

Icy, Illa, Aeris, Ignis, Terra, Fulgur et Acqua versèrent leurs magies élémentaires dans leurs armes, Armis banda son arc, avec quatre flèches magiques sur la corde et Shimy, Asuna, Gryf, Shiyi et Allena sortirent Calibur et les répliques, laissant leurs armes données par Xayah, de côté.

« – Il faut penser que vous voulez faire don de votre magie à votre arme. Il faut vraiment le vouloir. Petit à petit, elle deviendra une part de vous. Et cela marche pour toutes les armes à propriétés magiques, dont celles que les Alchemia vous ont légué.

-D’accord ! »

Ils eurent tous le même réflexe de mettre la lame en l’air, perpendiculaire au sol, à hauteur de tête. Petit à petit, les lames d’acier prirent des couleurs : bleu pour Asuna, blanc pour Gryf, quant à Shiyi et Allena, les épées passèrent respectivement brune et rouge.

La Calibur originale, utilisée par Shimy, mit plus de temps pour seulement voir apparaître un éclat violacé, ce qui la décevait.

« – Ne t’en fais pas, c’est normal, c’est la véritable Calibur. C’est beaucoup plus compliqué. Cela ne vient pas de toi. Allez, en position ! » cria Armis, après avoir rassurée la petite elfe aux cheveux azur.

De l’autre côté, les créatures se préparaient également : Ventus créait des bourrasques autour de lui, que Fumeseck embrasait. Oceani avait une balle de glace dans la gueule et Raiju, des éclairs. Darvos tapait ses sabots dans la terre et des plantes magiques se levèrent, prêtes à exploser et Nokys condensait l’eau de l’air en de grosses gouttes magiques et meurtrières.

Ce fut Armis qui siffla d’un souffle si aiguë, qu’il vrilla les tympans à tout le monde, y comprit aux gardiens. Cela signifia l’assaut.

Toutes les lames des armes aux esprits et aux elfes se répercutèrent sur le dôme, tout comme les magies élémentaires pures des animaux magiques.

Malheureusement, et malgré tous leurs efforts, il ne bougea pas. La seule chose qu’il fit, c’est faire un grand fracas, sans oublier qu’il exténua tout le monde.

Ils continuèrent à s’acharner mais elle les arrêta.

« – Cela ne sert à rien ! Stop ! Stop ! IL SUFFIT !! cria Armis.

-Mais on ne les a pas encore sauvés !

-Mais, Allena, cela ne sert à rien !

-Si, si on continue à combiner nos attaques !

-Asuna ! Je suis d’un siècle plus vieille que toi ! Je sais ce qu’il faut faire ou non ! Redescend ! Contentes-toi d’obéir ! »

La centenaire avait été si brusque qu’Asuna vacilla, sous l’effet des remarques négatives. Elle savait qu’elle pouvait embêter les gens car elle avait plus de connaissances qu’eux, mais la sœur de Lotë ne pensait pas énerver autant ses camarades, elle qui ne voulait qu’aider dans la quête de sa meilleure amie.

Asuna recula derrière Shiyi et Allena, baissa la tête en avant, laissant retomber ses mèches de cheveux bleues devant son regard sombre et dit, simplement :

« – Désolée.

-Bien, maintenant, écoutez-moi tous.

-Ce n’est pas comme si on ne faisait que ça… marmonna Gryf, récoltant un regard noir d’Armis.

-Personne, moi y compris, ne peux briser le dôme. Seule de la luminite le peu. Or, je n’ai pas cette pierre en stock.

-Narmaci en a lui. lâcha Shimy. Il l’a utilisé pour soigner Asterion, avec Luzwë.

-Je sais, c’est pourquoi nous allons nous rendre chez les Alchemia. »

Armis stoppa la conversation, s’éloigna et créa un portail magique. Ils passèrent tous un par un à l’intérieur, exceptée Illa, encore vers le charme, regardant Darvos :

« – Illa ! Viens !

-Oui… Ne t’inquiète pas, on revient bientôt… confia-t-elle ensuite à son cerf.

-Eh ! Ça va aller, on va vous attendre bien sagement. De toute façon, on ne peut pas partir donc bon… File ! » dit Darvos, le museau presque collé au dôme.

Illa regarda la belle ramure et se retourna vers le vortex magique, sa chevelure pistache virevoltant, puis elle passa à l’intérieur, avant qu’il ne disparaisse.

 

Chez les Alchemia…

 

Cela faisait maintenant une bonne heure que Barakas et Bakaras avaient été déclaré mortes, au sein du groupe.

Luzwë, Narmaci, Lómelune-Di, Jadina et Shun-day, entre autre, n’avaient pas réussi à les sauver, malgré tout leurs efforts.

Fleur de Foudre avait longtemps pleuré leurs morts, se sentant encore un peu coupable, en dépit du sermon de Razzia, pourtant bien mal en point à ce moment-là.

Ils avaient ensuite déjeuné dans un silence triste et il avait ensuite été décidé que quelques-uns allaient emmener les corps de Shakra, Barakas et Bakaras chez les Marakas, auprès de leur famille, soit Amy.

Kogan, même après avoir vu tout les efforts déployés pour sauver les jumelles, n’avait pas bougé des appartements. Luzwë ne voulait que tenir tête à ce dernier, mais Narmaci l’en dissuada plusieurs fois, pour ne pas perdre de temps auprès de lui.

Il sortait de la tente médicale que la Galina l’arrêta, en passant une main dans ses cheveux verts.

« – Luzwë.

-Oui, Shun-day ?

-Je pourrai aller avec Fleur et toi, amener les trois dépouilles, chez les Marakas ? Je tiens vraiment à y aller.

-Moi aussi. »

Ces deux mots avaient été prononcé par la jeune Ténébris. Au soleil, sa peau était encore beige, mais on pouvait apercevoir les répercutions qu’avait eut la dague que Xayah lui avait confié, quand elle l’avait utilisé pour sauver sa sœur, Jadina, des brigands. Son caractère avait bien changé. Du haut de ses onze ans, elle était passée de la petite fille innocente et soignée, à une pré-adolescente mâture et réfléchie.

Elle avait attaché ses cheveux noirs en une queue de cheval haute et avait une combinaison beige, avec une cape violette.

« – J’aimerais m’excuser d’être partie sans prévenir avec Shun-day, Samaël et Barbara, quand ils ont sauvé Halan et Darkhell de la prison royale de Sabledoray. Mais je voulais être utile. expliqua l’enfant.

-Oui, si tu veux… déclara Luzwë. Allez chercher le bouquet de fleurs sauvages que Venti, Roccia et Barbara sont allés cueillir, pour cadeau de les condoléances. »

Ténébris s’éloigna rapidement à travers le camp, foulant l’herbe de ses chaussures, croisa Toopie, fabriquant des sortes de grenades, Sheyla, Cherylad et Galatée faisant des figures acrobatiques dans les arbres, Regen lire un livre à la couverture de cuir et Eugeo, assit sur un rocher, près de la rivière.

Il avait ses cheveux blonds mouillés et tombant sur ses yeux bleus. Il avait une tunique simple et était pied nu, le regard dans le vague.

La jeune fille s’arrêta et lui demanda :

« – Ça va ?

-Euh oui oui. Tu es bien la princesse cadette d’Orchidia ? lui répondit le garçon.

-Oui, c’est ça. Je m’appelle Ténébris et j’ai onze ans. Et toi, tu es bien Eugeo, un ancien voisin de Liam ?

-Oui, et j’ai quatorze ans. acquiesça l’adolescent, replongeant son regard bleu dans l’eau calme.

-Dis, tu aurais pas vu Venti, Roccia et Barbara ?

-L’archer, le cuisinier et la jeune sorcière ?

-Oui.

-Ils sont partis de ce côté, Ténébris. lança Lionfeu, qui venait de les rejoindre, en pointant sa droite.

-Okey ! Merci ! À plus tard !

-À ton service. »

La cadette de sa famille s’éloigna donc dans l’objectif de rapporter le bouquet.

Le jaguarian Elfique, dont le pelage doux et brun rappelait celui de Darvos, s’assit à son tour vers Eugeo et lui demanda, comme Ténébris, mais en plus sérieux :

« – Tu es sûr que ça va ?

– …

-Je suppose que tu te demandes ce que tu fais réellement ici, j’ai juste ?

-Oui… je voulais venir avec vous pour accomplir quelque chose dont mon père aurait été fier, mais je doute que c’était la bonne solution. Je n’aurais peut-être pas dû intervenir entre l’elfe aux cheveux roux et celle aux cheveux bleus. Je ne sais même pas comment elles s’appellent. Je ne connais que Liam, et un peu Galatée, Lomion et Albedo, c’est cela s’arrête là.

-Tu parles d’Allena, quand elle était sous sa forme Dynameis, et d’Asuna, que tu as sauvé avec ton épée de glace ? Je pense qu’elle t’en est reconnaissante. Tu l’as quand même sauvé.

-Mais pourquoi vous m’avez laissé dans mon délire et que vous m’avez pris avec vous dans votre quête ?! C’est inconscient ! Je ne pensais pas que vous accepteriez. Vous auriez dû me recaler. Il aurait pu m’arriver quelque chose ! Qu’aurait dit ma mère ?! s’emporta Eugeo. Elle pense juste que j’ai fugué !

-Je pense qu’elle se fait un sang d’encre mais je pense également que nous n’allons pas te ramener chez toi, tant que cette quête et cette bataille contre la Fraternité Ultima ne seront pas finies. Mais je te promets qu’il ne t’arrivera rien ! Tu rentreras chez toi. Je te le promets. » affirma Lionfeu.

L’adolescent en eut les larmes aux yeux. Des gouttes perlèrent aux coins de ses beaux yeux et sanglota discrètement, sous le regard protecteur du conseiller à Shimy. Ce dernier le laissa tranquille et regarda dans la direction où était partie Téné. Le long de la rivière, il aperçut de belles fleurs bleues. Les mêmes petites fleurs que Roccia, Venti et Barbara ramassaient, à quelques dizaines de mètres de là.

Ils étaient dans une clairière illuminée, où le bruit du vent faisant trembler gentiment les plantes rencontraient le bruit du clapotis de l’eau. Barbara sentait le bouquet garni, ses yeux bleus clos. Roccia regardait la jeune fille dans sa robe blanche immaculée et ses couettes ondulées blondes comme les blés et se demanda comment tout cela, avec son allure de petite fille, pouvait cacher une sorcière forte et déterminée. C’était tout le contraire de lui. Avec son apparence forte et son regard noir et fin, il arrivait fréquemment qu’il effraye ses camarades plus jeunes. Or, en réalité, Roccia avait le cœur sur la main et était très gentil. Il détourna alors le regard et attacha ses cheveux noirs en petit chignon.

Venti, lui, avait enlevé ses chaussures, remonté son legging blanc et était allé dans l’eau. Le liquide miroitant semblait frais, mais cela ne parut le déranger.

Il avait une tunique ocre, avec des touches de verts, avait une cape à différents motifs et un béret vert. Ses cheveux, bruns et bleus, étaient, comme à son habitude, attachés en deux nattes devant ses oreilles et avait une mèche légèrement en bataille.

Il avait les yeux fermés et fredonnait une chanson que Roccia ne connaissait pas.

Barbara le vit regarder l’archer et annonça :

« – Venti est un bon archer, mais c’est également un excellent barde. Il aurait sa lyre, on serait tous envoûtés.

-Ohh, je vois. J’aimerais bien l’écouter, un jour.

-Peut-être que tu en auras l’occasion. rigola Venti, malicieusement. Oh ! Il y a Ténébris qui arrive ! »

Le meilleur ami de Liam fixait quelque chose, à sa gauche, qui se révéla être la jeune princesse, avançant entre les grands arbres feuillus.

« – Je viens chercher le bouquet. Luzwë, Fleur, Shun-day et moi allons chez mes Marakas !

-Tiens ! J’espère que tu aimes bien ! s’enjoua Barbara.

-Personnellement, j’aime beaucoup ! Je dois y aller ! À plus tard !

-Passes nos condoléances à Amy et aux Marakas de notre part ! ajouta Roccia.

-C’est comme si c’était fait ! »

Ténébris partit en courant, le bouquet entre les mains. Elle repassa derrière Eugeo et Lionfeu, croisa Lomion et Liam, qui parlaient ensemble et trouva Luzwë, Shun-day, Fleur et Samaël vers les corps des défuntes femmes.

« – Je viens avec vous aussi, du coup. annonça Samaël.

-Tu es prêtes Ténébris ? demanda Luzwë.

-Oui, c’est bon, et j’ai le bouquet.

-Parfait. »

Le sorcier passa devant Fleur, qui avait ses cheveux bleus attachés en tresse, et créa trois éclipses en forme de cercueils, à partir de fumée magique noire.

Narmaci et Eartho créèrent un portail et le groupe disparu.

 

Sur Astria…

 

Cela faisait au moins trois semaines que la famille à Shimy avait disparu, après qu’il ait payé un séjour à Asuna, Shiyi, Allena, Gryf et Shimy pour cette fin de première année à l’Abores, enfin c’est ce qu’ils avaient prétendu.

Marculy, le père de Gryf et Asuka, avait contacté plusieurs fois les familles à Shiyi et Asuna. La grande sœur de cette dernière avait passé plus d’une semaine à la bibliothèque avec Asuka pour trouver un endroit où aurait pu aller les Naturix, et cela avec le seul indice laissé par la famille.

L’aube venait de se lever et Lotë allait chercher Asuka, pour ses recherches à la bibliothèque. C’était le père à la meilleure amie à Cherylad et à Asuna qui les emmenait, étant donné qu’il travaillait à la grande bibliothèque d’Astria. Les filles cherchaient des informations sur le premier elfe élémentaire, étant donné que c’était le seul indice.

Marculy et les autres familles avaient contacté la police Elfique mais rien n’avait été trouvé les concernant, ni une affaire auprès de la justice. Ils avaient tout simplement disparu, volatilisés.

Le père d’Asuna déposa Asuka et Lotë devant la grande bibliothèque d’Astria, reparti avec la charrette et ses deux animaux, revint et il partit et entra par une autre porte brune, reversée au personnel.

Lotë avait ses cheveux violacés attachés en une queue de cheval haute et Asuka avait ses cheveux roux détachés en un carré long. Elles entrèrent par la grande porte, saluèrent la responsable et se dirigèrent immédiatement vers l’étage supérieur, par le grand escalier à leur droite, en direction des archives historiques et se remirent à leurs recherches.

 

Chez les Marakas…

 

Amy était en train de se brosser ses longs cheveux grisâtres, ainsi que ses mèches rouges, quand Kalypso débarqua en trombe dans la tente de la princesse.

« – Qu’y a-t-il Kalypso ?

-Shun-day est revenue avec quelques personnes ! Ils ont quelque chose d’important à nous dire ! En particulier à toi ! Et Ténébris, la petite princesse a un bouquet de fleurs ! »

La jumelle de Kenian repartit aussi vite qu’elle était arrivée. Amy fut décontenancée, s’habilla correctement et sortit de la tente, une boule dans la gorge, accompagnée d’un pressentiment. Pourquoi apportaient-ils des fleurs ?

Elle marcha à une allure rapide et trouva Kalypso et Kenian, sur le côté et Luzwë, Shun-day, Samaël, Fleur et Ténébris, toujours avec son bouquet bleu.

« – Bonjour. Qu’y a-t-il de si urgent ?

-Je suis navré princesse… » marmonna Luzwë.

Personne n’ajouta de mot, mais Amy vit des formes derrière le groupe. Soudain, elle comprit.

« – Non. Non… non. Non ! Ce n’est pas possible ! sanglota Amy.

-Nous avons fait tout ce que nous pouvions… mais cela n’a pas suffit. Nous sommes désolés. expliqua Fleur.

-Qu’est-ce qu’il se passe ici ? demanda le roi Kel, qui débarqua avec Shaki, héritier des Comanshawas et fiancé d’Amy.

-Je ne sais pas… avoua Kenian.

-Les princesses Barakas et Bakaras, ainsi que leur mère sont mortes. dit Samaël.

-La reine s’est bien battue et a fait tout son possible pour sauver ses filles. Et les jumelles sont mortes, affaiblies… commença Shun-day.

-À cause de moi ! cria Fleur, les joues trempées de larmes. Démogar m’a hypnotisé et je les ai électrocuté !

-Ce n’est pas ta faute ! lâcha Ténébris.

-Si !

-Ça suffit. coupa Luzwë. Laissons la future reine seule.

-Vous avez les corps ? demanda Amy, entre deux sanglots.

-Oui.

-Je peux les voir ?

-Bien sûr. » affirma Luzwë.

Luzwë approcha les trois cercueils, les posa sur le sol et partit, en emmenant Kalypso, Kenian, Shun-day, Samaël, Fleur, Ténébris et Kel avec lui, laissant Amy seule, pleurer les morts de sa famille, avec Shaki, n’ayant jusque là prononcé aucun mot, se contentant de soutenir sa petite amie.

 

À suivre…

AlShimy2000

3 commentaires

Pour pouvoir laisser un commentaire, connecte-toi au Club !

  1. @moshii @jadina-30 @ombre-bleue @capucineg900 @petitefleur
    Laissez moi un petit commentaire

    • C’est super!Toujours aussi bien et c’est (encore) super!J’adore le style que tu as @alshimy2000!!!!Encore bravo

      • Mercii beaucoup ! Vraiment ! Ça me va droit au cœur ! Si tu aimes toujours, c’est super pour moi !
        Je vais essayer de reréguler mes publications mais avec le lycée, c’est compliqué…